Le Parlement de Paris: Jean Châtel, Un vrai criminel

Titre: Arrest de la cour parlement contre Jean Chastel escholier estudiant au College des Jesuites pour le parricide par lu attenté sur la personne du Roy. 

Pages: 3-8

arrestdelacour

Image Dessus: Du Tillet, Arrest de la cour parlement contre Jean Chastel escholier estudiant au College des Jesuites pour le parricide par lu attenté sur la personne du Roy, Paris: Frederic Morel, 1594.

Source: Camille Sourget Librarie: https://camillesourget.com/3543-arret-prononce-par-le-parlement-temoignant-d-un-evenement-majeur-dans-l-histoire-de-france.html.

English version

 Introduction

Ce document était transcrit par un auteur inconnu qui s’est seulement appelé “du Tillet.” Apres des recherches intensives, nous avons trouvé un arbre généalogique qui nous donne un aperçu de la famille du Tillet (le lien à l’arbre généalogique se trouve en bas de cette page dans la section “bibliographie des sources”). C’est difficile à décider le membre de la famille qui a transcrit ce document, puisque beaucoup d’eux ont travaillé dans le Parlement, et il y a quelques membres qui n’ont pas ni dates de naissance ni dates de décès fiables.1 Néanmoins, celui qui a écrit ce document était membre de la famille du Tillet et travaillait au Parlement pendant le procès de Jean Châtel.

Transcription du texte

Vu par la Cour, les grand Chambre & Tournelle assemblees, le procés criminal commence à faire par le Prevost de Hostel du Roy, & depuis parachevé d’instruire en icelle à la requeste du Procureur general du Roy demandeur & accusateur à l’encontre de Jean Chastel natif de Paris, escholier ayant faict le cours de ses estudes au College de Clermót, prisonnier és prisons de la Conciergerie du Palais: Pour raison du tres-execrable & tres-abominable parricide attenté sur la personne du Roy. Interrogatoires & confessions dudict Jean Chastel, oy & interrogé en ladicte Cour ledict Chastel sur le faict dudict parricide. Ouys aussi en icelle Jean Gueret Prebstre, soy disant de la congregation & societé du nom de Jean demeurant audict Jean Chastel: Pierre Chastel, & Denise Hazard, pere & mere dudict Jean. Conclusions du Procureur general du Roy, & tout consideré.

Il sera dit, que ladicte Cour a déclaré & declare ledict Jean Chastel, attaint & conuaincu du crime de leze majesté, divine & humaine au premier chef, pas le tres-mechant, & tres-detestable parricide attenté sur ala personne du Roy: pour reparation duquel crime a condamné & condamne ledit Jean Chastel à faire amende honorable devant la principale porte de l’Eglise de Paris, nud en chemise, tenant une torche de cire ardents du pois de deux livres, & illec à genoux dire & declarer que Malheureusement & proditoirement il a attenté ledict tres-inhumain & tres-abominable parricide: & blesse le Roy d’un Cousteau en la face; & par faulses & damnables instuctions il a dit audict procés ester permis de tuer les Roys, & que le Roy Henry quatriesme à present regnant n’est en l’Eglise, jusques à ce qu’il ait l’approbation du Pape: dont il se respend & demande pardon à Dieu, au Roy & à Justice. Ce faict, estre mené & conduit en un tumbereau en la place de Greve. Illec tenaillé aux bras et cuisses, et sa main dextre, tenàt en icelle le cousteau duquel il s’est efforcé commettre ledict parricide, couppee. Et apres, son corps tiré et demembré avec quatre cheuaux, et ses membres et corps iettez au feu et consumez en cendres, et les cendres jettees au vent. A declaré et declare tous et chacuns ses biens acquis et confisquez au Roy. Avant laquelle execution, sera ledict Jean Chastel appliqué à la question ordinaire et extraordinaire, pour sçavoir la verité de ses complices, et d’aucuns cas resultans dudict procés. A faict et faict inhibitions et deffences à toutes personnes de quelque qualité et condition qu’elles soient, sur peine de crime de leze Majesté, de dire ne proferer en aucun lieu public, ne autre, lesdicts propos : lesquels ladicte Coura declaré et declare scandaleux, seditieux, cotraires à la parole de Dieu, et condammez comme heretiques par les saincts Decrets. Ordone que les Pretres et Escholiers du College de Clermont, et tous autres, soy disans de la dadicte societé come corrupteurs de la jeunesse, perturabteurs du repos public, ennemis du Roy, et de l’Etat, vuideront dedàs trois jours, apres la signification du present Arrest, hors de Paris, et autres villes, et lieux où font leurs Colleges : et quinzaine apres, hors du Royaume, sur peine où ils y seront trouuez ledict temps passé, d’etre punis comme criminels et coulpables dudict crime de leze magesté. Seront les biens, tant meubles qu’immeubles à eux appartenants employez en oeuvres pitoyables, et distribution d’iceux faicte ainsi que par la Cour sera ordonné. Outre, faict deffences à tous sujets du Roy d’envoyer des escholiers aux Colleges de ladite societé, qui sont hors du Royaume, pour y estre instruits sur la mesme peine de crime de leze Majesté. Ordonne la Cour que les extraicts du present Arrest serot envoyez aux Bailliages et Seneschaussees de se ressort, pour estre executé selon sa forme et teneur. Enjoinct aux Baillifs et Seneschaux, leurs Lieutenans generaux et particuliers, proceder à l’execution dedans le delay contenu en iceluy : Et aux Substituts du Procureur general, tenir la main à ladicte execution, faire informer des contraventions, et certifier ladicte Cour de leurs diligences au moys, sur peine de privation de leurs estats.

Signé, Du Tillet.

Prononcé audit Jean Chastel, executé le Jeudy vingtneufiesme Decembre quatre vingts quatorze. (1594)

Analyse

Ce texte parle un peu du procès de Jean Châtel et le critique pour tout ce qu’il avait fait. Donc, nous pouvons voir la juxtaposition par rapport à la source écrite par Jean Boucher, qui a loué les actions de Châtel comme héroïque jusqu’à un certain point. Ce document ici fait le contraire et, ainsi, représente l’autre mode de pensée vers Châtel: il a commis un crime en attaquant un Roi et ce crime mérite la peine de mort. De plus, ce document critique non seulement Châtel, mais les autres qui faisaient partie du Collège du Clermont. Ainsi, on peut voir que l’acte de Châtel a lancé une sorte de quête par les justices et les protecteurs du Roi—ils visaient à détruire n’importe quelle personne et n’importe quel endroit/institution qui avait un lien à Châtel. Bref, c’est intéressant de voir l’hystérie causée par l’acte de Châtel. 

Analyse Continuée

  1. Baillage: barrière, enceinte de protection.2
  2. Seneschaux:  Officier du roi qui exerce dans certains provinces de droit écrit…des fonctions administratives et judiciares…et le commandement des armées.3

English version

Introduction

This document was written by an unknown author who goes only by the name “du Tillet.” After rigorous research, we found a family tree that gives some insight into the family du Tillet (the link to this family tree is listed in the “bibliographie des sources section below). It’s hard to decide which family member was the actual author, since many of them worked in Parliament, and some of them don’t have reliable birth/death dates.1 Nevertheless, whoever transcribe this document was a member of the du Tillet family and worked at the Parliament during the trial of Jean Châtel.

Translation

Viewed by the Court, the grand Chamber & Tournelle assembled, the criminal trial started by the Provost of the Palace of the King, & then completed investigating of himself at the request of the Attorney General of the King plaintiff and accuser against Jean Chastel native of Paris, a student having done the course of his studies at the College of Clémont, [now] prisoner in the prisons of the Conciergerie of the Palace: For reason of a very execrable and very abominable attack on the person of the King. Interrogations and confessions of the aforementioned Jean Chastel, heard and interrogated in the aforementioned Court the aforementioned Chastel on the act of the aforementioned parricide. Heard also of himself was Jean Gueret Priest, himself saying of the congregation & society of the name of Jesus [Jesuits] living at the aforementioned College, this apt teacher of the aforementioned Jean Chastel: Pierre Chastel, & Denise Hazard, father & mother of the aforementioned Jean. Conclusions of the Attorney general of the King, & all considered.

It will be said, that the aforementioned court declared and is declaring the mute Jean Chastel, stricken and convinced of the crime of committing treason against a monarch, divine and human above all, by the very bad and very detestable parricide attempted on the King: for reparation of such a crime condemned and is condemning the said Jean Chastel to make an honorable amend in front of the main door of the Church of Paris, wearing nothing except a thin robe, holding a torch of burning wax and the weight of two books, in this place on his knees saying and declaring that unfortunately and traitorously he attempted the aforementioned very inhumane and very abominable parricide: and injured the King with a knife to the face: and by false and damnable instructions he said out loud to the trial that he was permitted to kill Kings, and that the presently reigning King Henry IV is not part of the [Catholic] Church until he has approval from the Pope: so he is repenting and asks pardon from God, from the King, and from the judge. Thereby, led and driven in a wagon to the place of Greve. There, held by the arms and thighs, his right hand holding in itself the knife, of which he strived to commit the parricide. And after, his body will be pulled and dismembered with four horses, and his limbs and body thrown into the fire and consumed by the ashes, the ashes thrown into the wind. It was declared and is declared that all his possessions will be confiscated by the King. Before the execution, Jean Chastel will undergo the ordinary and extraordinary questioning, to know the truth of his accomplices and any cases resulting from this trial. He has made and inhibited all persons of whatever quality and condition, whether on the penalty of the crime of the Majesty, to declare that they do not declare it in any public place, or another, the aforementioned: these of which the aforementioned court declared scandalous, seditious, and contrary to the words of god, and condemned as heretics by the saints. It is ordered that the Preachers and schoolchildren of the College of Clermont, and all other self-called members of this said society, as corrupters of youth, disruptors of public peace, enemies of the King and the state, will leave within three days, after the notification of the present Arrest,  Paris and other cities, and where their colleges are, and a fortnight after, the Kingdom, on penalty that if they are found after this time, they will be punished as criminals guilty of the crime of treason. The possessions and property belonging to them will be distributed for charitable works as ordered by the court.  In addition, it is forbidden to all subjects of the King to send schoolchildren to the colleges of the said society, which are outside the Kingdom, to be educated there, on the same punishment of treason. The court orders that the excerpts of the present Arrest will be sent to Baillages and Seneschalties on this effort, to be executed according to their form and tenure. The court orders that the Bailiffs and Seneschals, their general and particular Lieutenants proceed to the execution within the time limit contained therein, and the Prosecutor General’s substitutes shall thereupon inform the contractor of such contraventions and shall certify the said Court of their due diligence during the month, on penalty of deprivation of their states.

Signed,  Du Tillet.

Pronounced to Jean Chastel, executed Thursday the 29th of December, 1594 

Analysis

The text talks about the trial of Jean Châtel and criticizes him for all that he’s done. So, we can see a juxtaposition in relation to the source written by Jean Boucher, who praised the actions of Châtel as heroic to a certain extent. This document here does the contrary and, thus, represents the other way of thought towards Châtel: he committed a crime by attacking the King, and this crime is punishable by death. Additionally, this document criticizes not only Châtel, but the others who were a part of the College of Clermont. Thus, one could say that Châtel launched a sort of quest by the justices and protectors of the King—they must destroy any person or any place/institution that has a link to Châtel. In summary, it’s interesting to see all of the hysteria caused by Châtel.

Analysis Continued

  1. Baillage: barrier, enclosure of protection.2
  2. Seneschaux: officer of the King who exercises the law in certain provinces…[as well as] administrative and judicial functions…and the command of armies.3

Bibliographie des Sources

  1. Etienne Patou, “Famille du Tillet,” last modified August 26, 2016, http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/du_Tillet.pdf.
  2. Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500), 2017, s.v. “baillage,” http://www.atilf.fr/dmf/definition/baillage.
  3. Dictionnaire du Moyen Français (1330-1500), 2017, s.v. “seneschaux,” http://www.atilf.fr/dmf/definition/sénéchal.
Advertisements